NewsLetter
/ Mise à jour de la carte le 16 novembre (rubrique Communauté) / BOUTIQUE : Le mode "Aventure" est disponible à la boutique / COMMUNAUTE : Gagnez des réductions pour les goodies en participant aux concours permanents sur le Fanforum (Communauté/ Fanforum depuis mortebrume.fr)

Les Abelbériens sont les adorateurs des dieux clairs du panthéon célestes dont les trois principaux représentants sont:


Babelbéreth, Dieu de la paix armée, des armes et des batailles, dieu clair de la guerre

Babelbéreth est le maître d’armes des dieux. Il est la force sage du panthéon céleste qui encadre les colères de son frère Yshim-Sta, dieu de la violence barbare adoré des Shiméiens. Babelbéreth est le dieu de la guerre codifiée comme science ou comme art. Pour lui, elle ne doit pas être une folie destructrice, mais le moyen d’accéder à la paix en imposant la justice. Il est le dieu de la bravoure, de l’honneur, de l’ordre, du respect et de la maîtrise de soi. Babelbéreth, le cornu à la longue barbe, aime à répéter que « les lâches sont les pires des ennemis » et il traque souvent personnellement de ses foudres ceux qui trahissent ou désertent les rangs de ses combattants.


Inimia,  déesse claire des cieux, de la lumière du foyer et de l’Amour

Inimia ne s’incarne jamais car nulle mortelle n’est assez belle pour la représenter. Elle est sans conteste la plus belle déesse du panthéon céleste. Sa chevelure d’or, sa peau d’ivoire, les courbes de son corps et ses yeux étoilés éblouissent les mortels dont elle traverse les rêves en les marquant à jamais. A certains elle fait perdre le goût des plaisirs terrestres et ils deviennent des dévots ascétiques et à d’autres, ceux qui réussissent à trouver sa valeur au-delà de sa beauté, elle offre une foi inébranlable. Durant l’ère de Lumière, Inimia tomba amoureuse du chevalier Dorgon, descendant des Attista, noble famille de guerriers humains. Lorsqu’il succomba à ses blessures, après avoir vaincu dans une bataille acharnée les sept colosses d’Arheod, Inimia implora Esna, alors déesse du panthéon ancien, pour qu’elle le ressuscite. La jalousie dévorante d’Esna qui l’entraina bien plus tard aux côtés d’Yshim-Sta fut comblée de pouvoir laisser une rivale dans la souffrance.


Thérakilion, Dieu de la médecine naturelle

Thérakilion enchante de son pouvoir de nombreux végétaux. Il permet ainsi aux mortels de soigner les maladies et les blessures par les plantes et les fleurs. Moins puissant que celui d’Esna, son pouvoir est tout de même largement reconnu car Thérakilion, lui, ne le fait pas payer par des sacrifices. Mais la brume lui porte ombrage. Le voile qui recouvre les territoires connus et inconnus étouffe la vie végétale et seuls les plus grands arbres réussissent véritablement à s’y soustraire.